Vous avez remarqué ? C'est surtout sensible à la radio : cet été (tous les étés ?), les journaux d'information se repaissent particulièrement des morts. Le fait divers devient le fait d'été ! Et que je te signale la mort d'Untel due à la chute d'un arbre, d'un autre noyé, d'un attentat sanglant, d'une cordée de chute, d'un assassinat maffieux, d'un car accidenté, d'une célébrité au trépas, d'un incendie meurtier, d'un otage abattu, d'un cyclone mortel et dun tremblement de terre ravageur.

Tout est bon dans l'cochon. Tant qu'y aura du groin à moudre, les nouvelles seront grasses et sanglantes, faut qu'ça saigne !

La comptabilité des tués est vite assommante et tout se mélange dans ma caboche. J'allume la télévision et le bal des pendus, des fusillés, des étouffés, des occis, des égorgés, des foudroyés, des descendus reprend. Avec les images c'est encore mieux !
Ah, vivement que reviennent les mensonges ineptes des hommes politiques, les campagnes marketing des industriels malhonnêtes, les heures passées à nous parler des pire "célébrités". Car des morts, voilà, j'en suis las.