Aujourd'hui, un temps à bailler aux corneilles, à demeurer bouche ouverte, un peu benêt et un peu niais, pétrifié comme un imbécile lyspéatique.
Donc ainsi suis-je quand une mouche vient se poser sur mon bureau, juste là, au coin d'un livre (Jacques Cellard, "Histoire de mots"). Et que je chasse.
Et qui revient.
Que je chasse à nouveau.
Et qui revient à nouveau.



Maudit manège ! Elle revient toujours se poser presque exactement au même endroit à chaque fois que je la repousse. Alors je me lève, fait des moulinets, la poursuit en tâchant de la conduire vers les fenêtres ouvertes. Mais alors que le froid entre, la mouche, elle, ne sort pas.
A présent elle tourne en faisant une bizarre figure à la verticale d'une arche entre deux pièces. Inlassablement. Pas exactement la même figure mais presque, tenez, là, vous voyez ?
Et je me demande pourquoi.
Je vais vers le fauteuil. Nous allons la regarder tranquillement.