Les banlieues ! Les banlieues ! Les banlieues !

Mais y croient quoi ces journalistes ? Ça me fait doucement marrer ça. C'est tellement "comme il faut" de multiplier les "reportages" édifiants sur les armes qui circulent en banlieue, sur les dealers de quinze ans, sur les rodéos de voitures etc. Alors mettons les choses au point, voici la vie à la campagne.

J'habite un village typiquement français. Ma maison est sur la grand'place, en face de la mairie, qui jouxte l'église. La commune compte moins de mille habitants et nous perdons chaque année plus de nonangénaires que nous ne voyons apparaître de jolis bébés tous neufs. Il n'y a pas de Poste, pas de banque, pas d'épicerie, pas de boulangerie et pas de marché. Et une messe par mois.

Eh bien si je regarde ces trois dernières années qu'ai-je ?
Il y a deux mois, une tentative d'homicide à coups de fusil sur la personne d'une voisine (non-élucidée : trois inconnus cagoulés seraient venus dans la nuit ...). Peu avant, le démantèlement d'un trafic de voitures volées (des caisses plutôt pourries d'ailleurs mais faut croire que tout se vend). Encore avant ? Une opération de soixante gendarmes du GIGN venus à 6h pétantes arrêter mon voisin d'en face pour un trafic de drogue international ; impressionant. Autres choses ? Oui, bien sûr : prostitution sur na Nationale et dans les bois environnants, alcool au volant et vitesse (un accident grave par week-end minimum), trafic (plus discret) de cannabis, cambriolages réguliers...
Voilà. Et si nous n'avons pas de vol en magasin, c'est que nous n'avons pas de magasin, CQFD.

Moralité ? Il serait temps d'arrêter de cogner sur les banlieues ; c'est toute la France qui souffre et se débat dans le mal-être. C'est le modèle de vivre-ensemble qui est cassé, partout. Et je ne suis pas loin de penser que c'est en ne donnant aux gens de perspectives que dans le fric que nous avons créé ce gachis.