Prendre la voiture et rouler une trentaine de minutes. Errer encorele temps de trouver un bois. S'y garer. Tout éteindre. Rester là.
De temps en temps j'allumais les phares, attrapant à la fugace quelques lapins, un somptueux hibou blanc et noir en plein vol juste devant moi, encore des lapins.
Pas d'étoiles, pas de bruit, une nuit incroyablement dense.
Je me suis fait la remarque de n'avoir pas été autant dans la pénombre depuis des lustres. C'est devenu rare, la nuit noire, par ici.